TROPHÉE


TROPHÉE
TROPHÉE

TROPHÉE

À l’origine, chez les Grecs puis chez les Romains, le trophée est formé des armes du vaincu accrochées à un arbre: elles sont des offrandes aux dieux qui ont donné la victoire. Devenu vers la fin de la République monument de pierre, le trophée représente et immortalise sur ses bas-reliefs le spectacle de la bataille et de la victoire ainsi que les armes prises à l’ennemi. Son caractère commémoratif n’enlève rien à sa valeur religieuse.

trophée [ trɔfe ] n. m.
• 1488; bas lat. trophæum, lat. class. tropæum, gr. tropaion, de tropê « fuite, déroute »
1Antiq. Dépouille d'un ennemi vaincu (cuirasse, armes...).
(1509) Réunion des marques tangibles d'une victoire (prises de guerre, captures, etc.) destinée à attester et à commémorer. butin. Ériger, élever un trophée. Un trophée d'armes, de drapeaux.
(1857) Objet attestant une victoire, un succès. Spécialt Trophée de chasse : tête empaillée de l'animal abattu. « Tête de cerf faisant trophée contre la muraille » (Flaubert). Trophées d'un sportif : coupes, médailles, etc.
2Par métaph. et fig. Signe, témoignage d'une victoire, d'un triomphe. « montrer sa réussite, sous l'aspect d'un trophée de sept étages » (Romains ).
3Arts Monument antique représentant un trophée (1o). Le trophée d'Auguste, à La Turbie.
Motif décoratif formé d'armes, de drapeaux, etc., groupés autour d'une armure, d'un casque. « arc de triomphe, avec des trophées et d'autres ornements héroïques » (Gautier).
Par anal. (1564) Groupe décoratif d'attributs divers servant d'ornement (instruments de musique, emblèmes...). Trophées révolutionnaires.
Sorte de panoplie d'armes. « Il y avait là un trophée d'armes formé d'espadons en bois, de cannes, de bâtons et de fleurets » (Hugo).

trophée nom masculin (bas latin trophaeum, du grec tropaion, monument de victoire, de tropê, déroute) Armure d'un ennemi vaincu que l'on dressait dans l'Antiquité contre un tronc d'arbre. Monument commémoratif d'une victoire, où figuraient les dépouilles de l'ennemi. (Parmi les plus célèbres de ces monuments turriformes, citons celui de La Turbie.) Motif de décoration, formé d'armes groupées en panoplie autour d'une cuirasse et d'un casque. Partie d'un animal tué à la chasse (corne, défense, tête entière naturalisée). Objet, marque qui témoigne d'une victoire au cours d'une épreuve, surtout sportive. ● trophée (difficultés) nom masculin (bas latin trophaeum, du grec tropaion, monument de victoire, de tropê, déroute) Genre Masculin : remporter le trophée. Mot masculin à finale en -ée, comme apogée, mausolée, musée, périnée, périgée, etc.

trophée
n. m. Objet qui témoigne d'une victoire (non militaire), d'un succès. Trophée de chasse. Trophées sportifs.

⇒TROPHÉE, subst. masc.
I. A. — [Dans l'Antiquité] Dépouilles (cuirasse, armes) d'un ennemi vaincu déposées sur un tronc d'arbre. (Dict. XIXe et XXe s.).
P. anal. Les propriétaires de scalps lavaient chaque matin leurs trophées afin de les rendre inoffensifs. Après la purification, le gardien des scalps de la tribu en montait un au sommet d'une perche, les vieilles femmes dansaient tout autour durant le jour et pendant la nuit les vieillards se joignaient à leurs chants (LOWIE, Anthropol. cult., trad. par E. Métraux, 1936, p. 252). Louis XVI cria son innocence sur l'échafaud, mais Santerre fit couvrir sa voix par le roulement des tambours. Sa mort fut atroce. Il se débattit et le couperet mutila sa mâchoire sans décoller sa tête. Affreux trophée que le fils du bourreau brandit à la place de son père, écœuré, devant une foule stupéfaite, puis en transe (Le Figaro, 1er juill. 1989, p. 40, col. 5).
B. — Ensemble qui regroupe les armes d'un ennemi vaincu et les marques tangibles d'une victoire (dépouilles, prises de guerre, etc.) et qui est destiné à attester, à commémorer cette victoire. Élever, ériger un trophée. Ces montagnes (...) furent les monumens que Dieu laissa dans les trois mondes, pour marquer son triomphe sur les impies, comme un monarque plante un trophée, dans le champ où il a défait ses ennemis (CHATEAUBR., Génie, t. 1, 1803, p. 150). Un état-major brillant de gloire et de jeunesse, tout le luxe de la guerre au milieu des trophées de la victoire (JOUY, Hermite, t. 2, 1812, p. 10).
C. — 1. Objet attestant une victoire, un succès. Le long des murailles, paraissaient disposés en ordre, comme à l'ordinaire, des drapeaux allemands, danois ou moscovites, trophées des soldats de Gustave-Adolphe (MÉRIMÉE, Mosaïque, Vision Charles XI, 1833, p. 30).
P. anal. Étant à Lourdes (...) je visitai la grotte où d'innombrables béquilles étaient suspendues, en signe de guérison. Mon compagnon me montra du doigt ces trophées d'infirmerie (A. FRANCE, Jard. Épicure, 1895, p. 203).
2. Spécialement
a) SPORTS. Récompense attribuée à un sportif (coupe, médaille, etc.) attestant une victoire dans une compétition. Pas une photographie de femme [dans la chambre d'Adrien], pas un trophée de sport, rien que des livres sur une étagère (THARAUD, Bien-aimées, 1932, p. 14).
P. anal. Si vous pensez être les meilleurs innovateurs, constituez un dossier. Deux trophées sont proposés: le Trophée Albert Costa de Beauregard pour les entreprises réalisant un chiffre d'affaires supérieur à un milliard de francs (...), et le Trophée des jeunes entreprises (Le Figaro, 3 juill. 1989, p. 27, col. 1).
b) CHASSE. Trophée de chasse. Tête ou corps entier empaillé d'un animal abattu. Sous un trophée de chasse, surmonté d'un chapeau tyrolien, une romance de Nadaud était posée sur un piano ouvert (E. DE GONCOURT, Élisa, 1877, p. 268). La bécasse, qui a bien voulu nous dévoiler tout ou partie de ses mystères, reste et demeure un gibier de grand choix, digne de l'effort du « bécassier » pour lequel il n'est pas de plus beau trophée que cette « plume du peintre », rémige atrophiée de l'aile de cet oiseau trop rare (VIDRON, Chasse, 1945, p. 56).
II. — Au fig. Signe d'une victoire, d'une réussite. [Paoli] vit Napoléon Premier Consul et Empereur, et le chagrin de celui-ci est de ne pas l'avoir rappelé près de lui. « C'eût été une grande jouissance pour moi, un vrai trophée, disait-il (...) » (LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 655).
Loc., vieilli. Faire trophée de qqc. S'en faire gloire, en tirer vanité. Reste à savoir si, dans un gouvernement constitutionnel, c'est une chose sage et mesurée de faire un trophée de la dissolution d'une Chambre (CHATEAUBR., Corresp., t. 2, 1818, p. 39). Il voyait le dur égoïsme de cette jeune étrangère, qui ne venait que pour prendre son vieux cœur et s'en faire un trophée (BARRÈS, Mystère, 1923, p. 83).
III. — BEAUX-ARTS
A. — ANTIQ. ROMAINE. Monument en pierre ou en marbre représentant les prises faites aux ennemis en souvenir d'une victoire. Rome n'avait aucun autre besoin moral que de proclamer sa gloire extérieure, et tout monument y suffisait, pourvu qu'il fût décoré du nom de temple, d'arc de triomphe, de rostre ou de trophée (FAURE, Hist. art, 1909, p. 141).
B. — Motif décoratif formé d'armes, de drapeaux réunis en panoplie autour d'une armure ou d'un casque. Trophée sculpté; trophée en bas-relief. Leurs tiges vagabondes croissent jusqu'au milieu des bas-reliefs, des armes et des trophées qui en formoient l'immense couronnement, et dont il reste encore quelques vestiges (CRÈVECŒUR, Voyage, t. 1, 1801, p. 219).
P. ext. Groupe décoratif de différents attributs servant d'ornement. Trophées d'église; trophées révolutionnaires. Elle avait battu le rayon des meubles (...) la mercerie et la passementerie aux effilés blancs qui encadraient d'ingénieux trophées patiemment composés de cartes à boutons et de paquets d'aiguilles (ZOLA, Bonh. dames, 1883, p. 786). Des fleurs groupées en bouquet retenu par un nœud de ruban ou des trophées champêtres forment le motif central (VIAUX, Meuble Fr., 1962, p. 106).
C. — Panoplie d'armes servant de décoration. Dans un enfoncement était une espèce de divan surmonté d'un trophée d'armes arabes à fourreaux de vermeil et à poignées resplendissantes de pierreries (DUMAS père, Monte-Cristo, t. 1, 1846, p. 396). La chambre de Christian (...) était ornée aux murs de trophées d'armes anciennes (A. DAUDET, Rois en exil, 1879, p. 146).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. 1488 « dépouilles d'un ennemi vaincu » (La Mer des hystoires, I, 47a, éd. 1491 ds Rom. Forsch. t. 32, p. 177: les filz de victoire sont pompe, trophée et triumphe); 1653 trophée d'armes (G. COLLETET, L'Art poétique, éd. P. A. Jannini, p. 21); 2. a) 1550 p. ext. « objet témoignant d'un succès, d'une victoire » (RONSARD, Œuvres compl., éd. P. Laumonier, t. 2, p. 162: O de Phebus la gloire, et le trophée [...] Je te salue, ô luc [= luth] armonieus); b) 1862 trophée de chasse (GONCOURT, Journal, p. 1145); c) 1932 trophée de sport (THARAUD, loc. cit.); 1957 trophée sportif (CAMUS, Exil et Roy., p. 1602). B. 1. Ca 1562 fig. faire trophée de « se faire gloire de, tirer vanité de » (E. PASQUIER, Lettres historiques, éd. D. Thickett, p. 79: ce Frere faict [...] plusieurs grands trophées de sa prison); 1586 (ID., Lettres familières, éd. D. Thickett, p. 194: ceux qui [...] font trophee de la despouille d'un pauvre pere); 2. 1608 fig. « signe, témoignage d'une victoire, d'un triomphe » (RÉGNIER, Satyres, éd. G. Raibaud, VII, 86, p. 76: Dressent à la laideur d'eux mesmes un trophée). C. 1. 1554 « groupe décoratif d'attributs divers servant d'ornement » (RONSARD, op. cit., t. 6, p 14: J'éleve [...] En trofée, pour guerdon, Et ma gourde et mon bourdon); 1564 (RABELAIS, Cinquième livre, éd. Ch. Marty-Laveaux, chap. 33, p. 133: un arc antique, auquel estoit le trophee d'un beuveur bien mignonnement insculpé); 1765 (Encyclop.: trophée de Marine, - de musique, - rustique, - bacchiques, etc.); 1835 trophée de chasse (en sculpt.) (Ac.); 2. 1559-60 « motif décoratif formé d'armes, de drapeaux, etc. » (L. DE LABORDE, Comptes des bâtiments du roi, t. 2, p. 3: unze fenestres paintes et trophées [en peint.]); 1565 (ID., ibid., p. 112: un trophée de morions, arcqs, carquoys [en sculpt.]). Empr. au b. lat. trophaeum, altér. du lat. class. tropaeum « trophée (primitivement, un arbre abattu et élagué auquel on suspendait les armes des vaincus, puis un monument élevé sur le champ de bataille); victoire, triomphe; p. métaph.: monument, souvenir », lui-même empr. au gr. « trophée, monument de victoire élevé, avec les armes prises sur l'ennemi, à l'endroit où la déroute () avait commencé », neutre subst. de l'adj. « qui fait tourner, qui met en fuite », dér. de « tour, changement de direction, fuite, déroute ». Fréq. abs. littér.:237. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 488, b) 381; XXe s.: a) 261, b) 229. Bbg. BORN. 1967, p. II, 59, XX.

trophée [tʀɔfe] n. m.
ÉTYM. 1488; bas lat. trophæum, lat. class. tropæum, grec tropaion, de tropê « fuite, déroute ».
A
1 Didact. Dans l'antiquité, Dépouille d'un ennemi vaincu (cuirasse, armes…) disposée sur un tronc d'arbre.
2 (1509). Réunion des marques tangibles d'une victoire (prises de guerre, captures, etc.) destinée à attester et à commémorer. Butin, dépouille(s). || Ériger (cit. 2), élever un trophée. || Un trophée d'armes, de drapeaux pris à l'ennemi.
3 (1857, Flaubert). Objet attestant une victoire, un succès.Spécialt. || Trophée de chasse : tête empaillée de l'animal abattu.
0.1 Levant les yeux, il découvrit avec un effarement indicible la tête de Dutilleul, collée au mur à la façon d'un trophée de chasse.
M. Aymé, le Passe-muraille, p. 11.
Trophées d'un sportif : coupes, médailles, etc.
B Par métaphore ou fig.
1 (1652, Bossuet). Signe, témoignage d'une victoire, d'un triomphe (→ Dépouille, cit. 5; écharpe, cit. 9).
1 Il aimait à se jouer ainsi en face de la destinée, et à planter un trophée où elle avait voulu mettre sa tombe.
Vigny, Cinq-Mars, XXV.
2 Quand on a été pauvre, qu'on a lutté à Picpus, c'est à Picpus qu'il est agréable de montrer sa réussite, sous l'aspect d'un trophée de sept étages.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. V, XVIII, p. 129.
(1669). Loc. vieillie. Faire trophée de qqch. : s'en servir comme d'un trophée, en tirer gloire (→ Glorieux, cit. 20).
2 (XVIIe, Voiture). Victoire, triomphe (→ Principicule, cit.).
C
1 (1788). Arts. Monument représentant un trophée (A., 1. ou 2.). → Promontoire, cit. 2. || Le trophée d'Auguste, à La Turbie.
2 (1690, Furetière). Motif décoratif formé d'armes, de drapeaux, etc., groupés autour d'une armure, d'un casque (→ Fouiller, cit. 8; 1. porte, cit. 2). || Trophée sculpté, en bas-relief. || Trophée classique, baroque.
3 (La porte d'Alcala) est une assez belle porte, en manière d'arc de triomphe, avec des trophées et d'autres ornements héroïques (…)
Th. Gautier, Voyage en Espagne, p. 51.
3 (1564). Groupe décoratif d'attributs divers servant d'ornement (instruments de musique, emblèmes…). || Trophées d'église. || Trophées révolutionnaires (faisceaux, pique et bonnet phrygien).
(1860, Sainte-Beuve). Groupe d'armes réelles, disposées autour d'une cuirasse. Panoplie (cit. 2, par métaphore).Par anal. || Salle décorée de trophées rustiques, faux et râteaux croisés (→ Fourche, cit. 1).
4 Il y avait là un trophée d'armes formé d'espadons en bois, de cannes, de bâtons et de fleurets.
Hugo, les Misérables, IV, I, V.
Littér. || Les Trophées, recueil composé presque exclusivement de sonnets, de Hérédia (1893).

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Trophee — Trophée Un trophée est une marque de l accomplissement d une action particulière. Généralement, le trophée est une récompense remise au vainqueur d une épreuve (notamment dans le sport). Le trophée peut également être une preuve arrachée au… …   Wikipédia en Français

  • trophée — TROPHÉE. s. m. La despoüille d un ennemi vaincu que l on mettoit ordinairement sur un arbre dont on avoit coupé les branches. On appelle aussi, Trophée, Un amas d armes en signe de victoire aprés le gain d une bataille. Dresser, élever, ériger un …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Trophee FA — Trophée FA Le Trophée FA est une compétition anglaise de football qui a été créée en 1970. Championnat Groupe Nord/Groupe Sud Saison Champion Score Finaliste 1969 70 Macclesfield Town 2 0 Telford United 1970 71 Telford …   Wikipédia en Français

  • Trophée (BD) — Trophée (revue) Trophée est une revue de l éditeur de Petit format Aventures Voyages qui a eu 87 numéros de février 1971 à mai 1990. Au sommaire, essentiellement des séries de sport d origine britannique comme Romano, Hamish la foudre ou Mousie l …   Wikipédia en Français

  • Trophée FA — Le Trophée FA est une compétition anglaise de football qui a été créée en 1970. Championnat Groupe Nord/Groupe Sud Saison Champion Score Finaliste 1969 70 Macclesfield Town 2 0 Telford United 1970 71 Telford …   Wikipédia en Français

  • trophée — Trophée, Tropheum. Trophées sont enseignes de victoire, mises en apparence devant les puissants: c est à sçavoir, despoüilles et butins faicts en guerre par mort ou suitte des ennemis. Dresser un trophée, Erigere tropheum …   Thresor de la langue françoyse

  • Trophée — Un trophée est une marque de l accomplissement d une action particulière. Généralement, le trophée est une récompense remise au vainqueur d une épreuve (notamment dans le sport). Le trophée peut également être une preuve arrachée au vaincu, que… …   Wikipédia en Français

  • trophée — (tro fée) s. m. 1°   La dépouille d un ennemi vaincu que l on mettait ordinairement sur un tronc d arbre dépouillé de ses branches. •   La joie des Grecs après la victoire était bien plus modeste : ils érigeaient des trophées, mais de bois, c est …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • TROPHÉE — s. m. La dépouille d un ennemi vaincu, que l on mettait ordinairement sur un tronc d arbre dont on avait coupé les branches.  Il se dit aussi d Un assemblage d armes élevées et disposées avec art, pour conserver le souvenir d une victoire, d une… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • TROPHÉE — n. m. Dépouille d’un ennemi vaincu, que l’on mettait ordinairement sur un tronc d’arbre dont on avait coupé les branches. Il se dit aussi d’un Assemblage d’armes, de drapeaux, élevés et disposés avec art, pour conserver le souvenir d’une victoire …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)